Conseil écriture

Comment créer des personnages captivants  ?

Parfois difficiles à construire, les personnages donnent vie à vos écrits. Nous vous indiquons comment créer des personnages captivants.

De révélations en péripéties, votre scénario s’annonce passionnant. Tout est prêt. Mais, au fait : qui sont ces protagonistes inoubliables qui vont lui donner vie ? La plupart des fiches de personnage indiquent leurs habitudes et leurs traits physiques. Et si la psychologie cachait la clé pour construire un personnage captivant ?

Composer un personnage captivant grâce à ses croyances

Pour créer un personnage captivant, la première étape consiste à se pencher sur ses valeurs et ses croyances.

Les certitudes de votre personnage justifient ses forces, ses faiblesses, ses défauts, mais aussi les choix qu’il sera amené à effectuer. Et surtout, ce n’est qu’après avoir compris les convictions de vos personnages que les lecteurs pourront les apprécier ou les détester.

Mais si les valeurs décrivent le protagoniste et sa personnalité, elles ne sont peut-être pas aussi définitives qu’elles en ont l’air.

Définir un but clair

Le but d’un personnage produit la tension dramatique qui pousse le lecteur à suivre l’intrigue du roman jusqu’au bout. Atteindra-t-il son objectif ? Comment ? Votre plume n’a de cesse de déposer des rebondissements antagonistes sur le chemin de vos héros.

Pour rendre le personnage de fiction réaliste, ses motivations sont logiques et découlent de ses croyances.

Si l’objectif est clair, il n’est que la partie émergée de l’iceberg. Jusqu’où les protagonistes peuvent-ils aller pour réussir ? Pourquoi veulent-ils tant atteindre ce but ? Une force mystérieuse les pousse.

Insérer un besoin d’accomplissement personnel

Alors que le personnage cherche à atteindre son but, le livre conte en réalité comment le héros devra évoluer et s’accomplir à travers les intrigues. Pour créer des personnages captivants, il faut écrire un roman à deux niveaux de lecture.

Et c’est bien là le problème. De chapitre en chapitre, le héros se rapproche du dénouement, mais son besoin d’accomplissement, lui, n’est pas assouvi. L’opposition entre le but et le besoin intérieur s’intensifie et accélère le rythme du récit. C’est ce conflit qui pousse le personnage de roman à agir.

Cette lutte intérieure constitue une caractéristique essentielle de la feuille de personnage. C’est à travers le conflit interne que l’écrivain révèle sa complexité du protagoniste. Il est son propre antagoniste.

Les batailles intérieures paraissent d’autant plus réalistes qu’elles s’appuient, elles aussi, sur les croyances et le caractère du personnage.

Et les personnages secondaires peuvent également renfermer un conflit. Ils peuvent donner lieu à une mise en intrigue secondaire ou interférer avec la quête du personnage principal.

Mais pourquoi est-ce ce si compliqué pour le personnage de découvrir son besoin et la manière de trouver l’équilibre ?

Cacher un mensonge

Inventer un personnage intéressant revient à dissimuler une fausse croyance dans son esprit. Une erreur perturbe son jugement et fait de lui un personnage humain. Il enchaîne les échecs ou ne trouve pas de satisfaction dans la réussite.

La découverte de la vérité permettra au protagoniste d’avancer, d’éteindre son conflit intérieur et de sortir grandi des péripéties. Une rencontre avec un mentor pourra l’aider à découvrir le secret.

Mais les personnages n’en deviennent pas parfaits pour autant. Certains écrivains choisissent parfois de leur faire suivre les péripéties d’un nouveau livre pour parfaire leurs descriptions.

Pour le narrateur, la difficulté est d’amener les éléments du mensonge très tôt au cours du récit sans pour autant entrer dans une description explicite.

Favoriser l’identification

Alors que l’auteur a soigneusement mis en place les caractéristiques du personnage, il doit activer la connexion avec le lecteur. L’empathie crée ce lien. Elle repose sur deux ressorts principaux :

  • L’identification
  • La compréhension

Le lecteur a besoin de s’identifier au personnage. Cette identification est possible lorsqu’il voit ce qu’il voudrait être à travers le personnage ou lorsqu’il lui ressemble.

Du chevalier romantique à l’héroïne de fantasy en passant par un guerrier psychopathe ou un super-héros, le lecteur peut s’identifier aux personnalités les plus extrêmes. Pour cela, il doit pouvoir reconnaître la part de raison dans les agissements du personnage. C’est encore plus important dans une œuvre de fiction ou pour un profil particulièrement obscur et méchant qui se démarque nettement du lecteur.

Construire une histoire épique

Lorsque le personnage réunit tous les ingrédients pour séduire un lecteur, le romancier peut encore le rendre encore plus captivant. Il soigne alors l’enchaînement des événements et la structure du récit. Pour mettre en lumière l’évolution du personnage, les scénaristes ont mis au point différents « arcs de transformation » qui s’insèrent dans la trame du récit.

Les méthodes d’écriture font référence à plusieurs arcs narratifs, dont :

  • Le changement positif
  • Le mouvement plat
  • La désillusion
  • La corruption
  • La chute

Dans le changement positif, le protagoniste trouve le mensonge, comprend son besoin intérieur et grandit.

Le schéma de l’arc plat est particulier. L’individu détient la vérité dès le départ et n’avance pas. Son histoire met ses valeurs à l’épreuve. Mais si le protagoniste ne change pas, il doit être l’élément déclencheur de l’évolution des personnages qui l’entourent.

Les antihéros sont souvent confrontés à la désillusion. Cet arc consiste à leur faire trouver le secret. Malheureusement, il se révèle négatif et la situation finale, tragique.

La corruption suit le déroulement inverse du changement positif. Le personnage détient la vérité, mais un élément modificateur va la bousculer. Il change de point de vue. Cette structure permet d’expliquer la création des protagonistes psychopathes ou viscéralement méchants. En montrant leurs origines, elle permet de mieux s’identifier à ce type de personnages.

Les chutes sont des genres d’arcs dans lesquels le personnage remet en cause ses croyances. Mais après avoir aperçu la vérité, il remplace finalement son mensonge par une vision du monde encore pire.

Vos personnages sont prêts

Vous avez créé des personnages captivants. Ils ont terminé leur séance de coaching et sont au clair avec leur croyance et leurs objectifs. Il ne leur reste qu’à découvrir ce mensonge que vous avez dissimulé dans leur esprit. En attendant, ils se préparent à raconter l’histoire que vous leur avez malicieusement préparée. Vous commencez à écrire l’incipit.

Vous pourriez aussi être intéressé par :

Créer du suspense dans un roman
CONSEIL ÉCRITURE

Comment créer du suspense dans un roman ?

Le lecteur reste captivé, accroché, il avale les pages de votre roman une à une. Difficile de reprendre (...)

Lire plus
Écrire une excellente fin de roman  : tomberez-vous dans le piège ?
CONSEIL ÉCRITURE

Écrire une excellente fin de roman  : tomberez-vous (...)

Vous pouvez rater ce que vous voulez, mais pas la fin. J’adore ce sentiment de satisfaction au moment (...)

Lire plus
Les genres littéraires et leur public cible : comment maximiser vos ventes de livres ?
CONSEIL ÉCRITURE

Les genres littéraires et leur public cible : comment (...)

Le guide ultime pour choisir le bon genre littéraire et séduire votre lectorat

Vous êtes un auteur passionné (...)

Lire plus
La mascotte Newtenberg tient un cookie dans sa main

Vous reprendrez bien un peu de cookies ? 🍪

Cookies du site Newtenberg.fr

Ce site utilise des cookies pour son fonctionnement, pour améliorer votre expérience ou pour nous permettre de mesurer l’audience. Votre consentement à l’utilisation des cookies non nécessaires au fonctionnement du site est libre. Vous pouvez tout accepter, refuser ou personnaliser votre choix.